Les mines de plomb 1690 [ vous êtes ici: accueil » ancetre » mines de plomb ] suivez-nous sur twitter partagez sur facebook

carte montrant la région de Dubuque, en Iowa - carte Google

A l'automne de 1690, à la suite d'un pourparler avec une délégation de Miamis à la mission St François-Xavier à la baie des Puants, on pria Nicolas d'établir un poste sur le Mississipi, au-dessous de la rivière Wisconsin, pour faire la traite des fourrures. En outre, le chef Miami lui donna un morceau de minerai, provenant d'une mine de plomb de cette région.

Nicolas promit d'y établir un poste "dans vingt jours au dessous de la rivière Douiskouche" [d'Ouiskouche, Ouiscousing]; «... c'est vraisemblablement «au dessous» de la rivière Wisconsin, comme l'écrit Bacqueville de la Potherie, sans doute assez prêt de la mine de plomb à la hauteur de l'actuelle ville de Dubuque, qu'il fit ériger un autre fort.»(1)

Malgré qu'aucune trace n'ait survécu du poste de Nicolas, les gens de la place croient qu'il était situé sur la rive est, et, plus spécifiquement, dans l'enceinte du parc Gramercy, dans la ville actuelle de East Dubuque, en Illinois. La région métropolitaine de Dubuque est une zone "tri-state", là où trois états se rejoignent : Iowa, sur la rive ouest du Mississippi, et Wisconsin et Illinois, sur la rive est.

Il est douteux que Nicolas ait eu un poste permanent, car il faillait qu'il sillonne continuellement le fleuve de haut en bas pour apaiser les querelles qui survenaient régulièrement entre Miamis, Renards, Sioux, et autres.

On croit que les premières mines visitées par Nicolas étaient celles de Catfish Creek, un peu au sud-ouest de Dubuque, et de Galena, environ 24 km (15 miles) au sud-est, en Illinois, sur la rive opposée. C'était le début de l'exploitation de ces mines par les français, exploitation qui prendra de l'élan avec l'arrivée vers 1788 de Julien Dubuque (1762, St Pierre-les-Becquets - 1810) qui laissera son nom a cette ville d'Iowa.

Cartes anciennes

carte de Louvigny 1697 - Carte du fleuve Missisipi avec les noms des peuples qui l'habitent et des établissements des Espagnols et Anglois qui en sont proches - détail

Louis La Porte, sieur de Louvigny, commandant de Michillimackinac à l'époque (1690-1694), notera la découverte sur sa carte personnelle du Mississippi : "il [Perrot] decouvre des mines de plomb tres abondantes dont on en a fait l'espreuve". [carte conservée au Service historique de la Défense, département Marine, Vincennes, France]

Guillaume Delisle, cartographe du roi, s'en serait servi pour sa carte de 1703. «De passage en France pour régler quelques affaires de famille, ... Louvigny, ... lui avait donné, en 1697, une carte faite "par lui, sur ces propres connoissances et sur les relations de plusieurs François".»(2)

«En 1699, Pierre Lesueur est chargé par le roi d'explorer et exploiter les mines de la source du Mississippi; il amenait une trentaine de mineurs avec lui. Son historiographe et compagnon, Pénicaut, ...écrit "On trouva sur les rives à droite et à gauche, les mines de plomb, qu'on appelle à ce jour les mines de Nicolas Perrot le nom du découvreur."

carte de Guillaume Delisle 1703 - détail

C'était le 13 aout 1700, lorsqu'ils arrivèrent à la hauteur de la rivière Fever [maintenant la rivière Galena], que Pénicaut appelle "Rivière à la Mine". Il rapporte qu'en amont de cette petite rivière, à une distance d'une lieue et demi [environ 4.5 miles, 7.2 km], "il y avait une mine de plomb dans la prairie". Ils poursuivirent leur chemin en amont du fleuve Mississippi, Pénicaut mentionant deux autres ruisseaux, qui seraient les rivières Platte et Grant, au Wisconsin, et Lesueur "remarqua une mine de plomb à laquelle il s'approvisionna" - supposément ceci devint le lieu-dit "Snake Diggings" [les fouilles des serpents] près de Potosi, au Wisconsin.»(3)

La mine de Potosi

On peut visiter cette "mine de Perrot", qui aujourd'hui porte le nom de St John's Mine, à Potosi, au Wisconsin, environ 24 km au nord de Dubuque. En dépit de son nom, la mine était à l'origine une caverne naturelle. Mais, dans cette caverne, il y avait des riches filons de minerai de plomb. La légende veut que Nicolas, après l'avoir visité, l'aurait baptisé "Snake Cave" (la mine aux serpents) et la vallée étroite dans laquelle elle se trouvait aurait prit le nom de Snake Hollow (vallon des serpents).

Entre 1822 et 1829, on signe plusieurs traités avec les amérindiens de cette région et c'est alors la ruée vers le plomb. Un des pionniers, Willis St. John, s'approprie la mine, d'où le nom qu'elle porte maintenant. En 1839, les gens des hameaux voisins, Van Buren et Lafayette, votèrent pour s'amalgamer avec Snake Hollow pour devenir Potosi [d'après Potosi en Bolivie ?]. L'exploitation de la mine cessa définitivement dans les 1870s. En 1969, on ouvrit la mine comme attrait touristique. On peut la visiter de mai à octobre, tous les jours sauf le mercredi.

Pour plus d'information

notes