Récit de Nicolas page: 1 2 3 précédente [ vous êtes ici: accueil » ancêtre » récit] suivez-nous sur twitter partagez sur facebook

L'ancien Collège des Godrans - aujourd'hui l'édifice abrite la Bibliothèque Municipale de Dijon

Quand j'étais petit, c'est vrai, j'ai fait beaucoup de bêtises ! Et même bien après mes sept ans, l'âge de raison ! Un jour, j'ai trouvé très drôle de verser une grande quantité de sel dans la soupe de mon père : imaginez ! Ce jour-là, j'ai tout appris de la gabelle, mais la taille y est passée aussi et toutes les taxes dont notre bon roi écrasait son peuple ! C'était la première fois que j'entendais mon père critiquer le roi ! J'étais stupéfait ! Surtout que je l'avais entendu parler, avec mon oncle, de racheter une charge royale d'officier de justice à Darcey !

A cause de mes sottises, sans doute, mais aussi, je le pense aujourd'hui, pour mon édification, mon père et mon oncle ont décidé de m'envoyer avec mon cousin, au collège des Godrans à Dijon. C'est un collège tenu par les Jésuites qui enseignent gratuitement aux enfants de pauvre condition et nous ont reçus, mon cousin et moi, contre une contribution modeste, proportionnelle à notre fortune. J'y suis resté cinq longues années ! Comment vous dire mon sentiment de l'époque ? J'étais comme un oiseau en cage, à l'étroit dans cette ville, enfermé le jour au collège, le soir dans la minuscule chambre que je partageais avec quelques condisciples de modeste condition, comme moi, dans les combles de la grande maison de la famille Bossuet, proches voisins du collège.

Ancienne bibliothèque des Godrans

Mais en même temps, je prenais goût à l'étude : le père qui nous enseignait le latin me fascinait et lorsque je dévorais Ovide, Pline ou Cicéron, je voyageais vers des rivages étranges et fascinants. Dans la salle de lecture de la bibliothèque des pères jésuites, il y avait un énorme et magnifique globe terrestre. Un jour, j'ai demandé la permission de l'approcher. On me la donna sans hésitation car j'étais devenu, je crois, un excellent élève : premier prix de rhétorique, de grec et de latin ! J'ai passé des heures enchanteresses devant ce globe ! J'avais peine à imaginer que notre pays était si petit à l'échelle du monde. J'essayai d'abord de repérer Rome, puis Athènes, de suivre le parcours des grands découvreurs des siècles passés …Je devais me hisser sur la pointe des pieds pour apercevoir les terres proches du pôle Nord et ramper sur le parquet ciré pour découvrir Le Cap ! Suivre la trace de Jacques Cartier de Terre-Neuve à Hochelaga constitua une véritable prouesse physique ! Il est vrai que j'étais plutôt petit pour mon âge, mais personne ne me battait à la course !

suite...

Les photos numérisées du collège des Godrans sont affichées avec le consentement de la Bibliothèque Municipale de Dijon